Réponse de l’homme à la lettre …

Je me décide ce soir à t’écrire. Nous sommes passés à la nouvelle année. Tu le sais, écrire n’est pas facile pour moi. J’y ai pris du temps. T’écrire des sms, ça, je sais faire, mais une lettre !… Une vraie lettre sérieuse, en réponse à la tienne qui l’est tout autant… Alors je me sens dans l’obligation de m’y atteler. Car ta lettre est profonde et c’est à cette profondeur que je réponds.

Moi, je n’ai pas vu le temps s’écouler. Depuis 14 ans que nous sommes ensemble, toi et moi. Je ne me pose pas toutes les questions que tu te poses. En lisant ta lettre, ça m’a fait peur, comment allons-nous continuer ensemble, me dis-tu ? J’ai même eu un mouvement de recul et d’agressivité. Ah ! Si elle ne veut plus de moi, je me tire ! Tu connais mon impulsivité. Et puis comme il s’agissait d’une lettre, j’ai trouvé le temps de faire face à ma peur, à ma colère aussi.

Le sais-tu ? Tu m’as beaucoup apporté. Je me connais mieux grâce à toi sans doute, tes paroles, ton regard sur ce que j’ai vécu. Je prends plus de recul, je « conscientise » comme tu dis !

Par contre, la thérapie, ce n’est pas mon truc du tout. Mais avoir conscience de ma place dans notre couple, de ce qui m’appartient de faire pour que ça tienne la route, ça, oui ! Je commence à mieux le faire.

Nos enfants sont partis, mes filles vivent leurs vies, je les aime plus que tout et cependant je ne sais pas si j’ai été un père impliqué. J’ai fait ce que j’ai pu. Tu connais mon histoire. J’ai été un enfant de la rue.

Je me suis débrouillé toujours tout seul. Et c’est ça que tu m’as tellement reproché. Et que tu as aimé aussi. Je le sais, tu me le dis que ça te touche chez moi.

Faire seul ! Sans toi ! Alors que tu voulais, tu veux encore peut être, faire avec moi. Je ne suis pas sûr d’y parvenir. J’ai déjà du mal à me gérer moi tout seul, alors gérer un couple ? Je suis comme je suis. Ce que je sais c’est que je ne veux pas te perdre.

A 60 ans, je cours toujours, il me faut une carotte pour me donner gout à la vie. Mais c’est vrai, on n’a pas les mêmes passions. Pour autant, je t’aime, j’aime te prendre, j’aime te bousculer et ça depuis toujours. Laisse-moi être ce que je suis et je serais toujours là. Avec mes imperfections. Je suis souvent maladroit. Je suis colérique, je réagis trop vite. Mais je t’aime. Tes rides ne me font pas peur. Détends toi un peu et viens dans le canapé m’embrasser, te poser, te câliner, je le ferais… Moi, je n’ai pas beaucoup d’autres ambitions que celle d’être heureux au jour le jour. Le rallye m’intéresse, j’y ai une place. Dommage que tu n’aimes pas ça. Tu préfères la nature, les champs, les rivières et la littérature… On aurait pu faire une équipe du tonnerre, en fusion pour toujours !

Moi, je t’aime comme tu es, depuis 12 ans, arrête de te poser toutes ces questions et accepte moi tel je suis !

Allez, j’arrête ! J’en ai assez dit !

Cet homme que tu aimes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *