Sur la relation extra conjugale dans les couples… (suite)  

Je reviens sur la relation extra conjugale dans les couples, thème déjà ouvert dans un précédent article du blog :

Je remarque que, pour certains couples, dont l’un des partenaires vit une relation extra conjugale, cette liaison s’est imposée pour faire exploser ce qui a été bâti et le remplacer par une nouvelle construction, parfois plus saine, plus consciente, plus mature. Parfois certains choix révèlent la créativité et la résilience des couples. J’en suis toujours émue.

En considérant que le mariage ou le couple doit tout nous apporter, notre culture ne nous laisse pas d’autre choix que de le tenir « à bras le corps », de divorcer, de se résigner ou de se plaindre éventuellement… La question de la monogamie se pose aussi.

De nos jours, la monogamie entretient elle un idéal romantique illusoire ?

Je n’ai pas la réponse mais je m’interroge beaucoup sur les nouvelles visions du couple…du fait de son évolution sociétale.

Condamner trop vite « l’adultère » nous détourne peut-être du vrai sujet qui se cache derrière. Il est nécessaire de se rendre compte de la complexité du mariage et par là même du couple.

Ainsi ce couple que je n’ai jamais accompagné en thérapie, Sabine et Pierre, mariés depuis 20 ans. Par contre, j’ai accompagné Sabine et son amant de longue date, je leur ai offert un espace de paroles et d’expression à leurs dilemmes et j’ai ainsi reconnu que le couple légitime n’est pas le seul à mériter une thérapie et de l’empathie.

Parfois un amour caché peut sortir de l’ombre. Et il m’est arrivé d’aider les amants dans la phase délicate de transition vers la légitimité.

Une relation assumée de non monogamie suppose de naviguer ensemble entre engagement et liberté. Je regarde toujours avec le couple d’où il vient, quel couple parental les deux partenaires ont eu, quel autre couple il a formé et dans quelle mesure leur passé respectif façonne et affecte leur présent et leur avenir. Que souhaite t il aujourd’hui au regard des réflexions faites dans les séances ?

Comme vous le voyez, dans notre façon de travailler, l’entité couple est en figure.

Esther Perel nous raconte 3 grandes issues possibles pour les couples qui n’ont pas été épargné par l’infidélité : ceux qui s’enferment dans le passé, elle les appelle les martyres, ceux qui s’en sortent tout seul à force d’efforts pour tourner la page, ce sont les bâtisseurs, enfin ceux qui renaissent afin de créer une relation plus harmonieuse, ce sont les explorateurs.

Je m’intéresse beaucoup à ceux pour qui l’infidélité est source de transformation. Je les trouve fantastiques ; ceux là voient en cette épreuve une source de changement, les germes d’un mouvement positif, je dirais même un changement structural.

Les « martyrs » ont souvent des convictions morales fixées tandis que les « explorateurs » ont un point de vue plus souple. Ainsi ils voient cet évènement comme une épreuve sur leur ligne de vie, une épreuve parmi d’autres. Leur relation peut devenir plus riche avec un nouvel élément : une certaine incertitude. Ils ont introduit du mystère, de la nouveauté. Du risque. J’admire ces couples qui apprennent à vivre avec l’incertitude. J’ai remarqué que les couples qui sont capables de se parler en toute franchise de leurs attirances pour une personne extérieure deviennent paradoxalement plus proches. Mais je n’ai rien contre ceux pour qui le jardin secret est essentiel. Cela fait partie de leur intimité profonde, de leur individualité même. Pourquoi tout serait à partager, pourquoi tout devrait être transparent ? D’ailleurs en tant que thérapeute du couple, je le redis, nous ne prenons pas partie, en tout cas, cela fait partie de notre cadre de travail.

Chaque couple crée son contrat à sa manière. Mais souvent, d’implicite, il devient explicite en thérapie du couple, nous sommes là pour aider le couple à clarifier.

Voici quelques exemples, j’ai changé tous les prénoms de « mes » couples que je vais évoquer maintenant par souci de confidentialité.

Jean et Annabelle sont venus une seule fois. Dans cette unique séance, ils ont voulu en présence d’un tiers se dire leur souffrance, leur incompréhension, Jean a dévoilé des liaisons extra conjugales, et ils ont pu exprimer ici qu’ils allaient en faire quelque chose.

Arnaud et Sylvie ont eu une seule séance pour dire devant le tiers que je représente, la liaison « invraisemblable » de Sylvie. Ils n’ont pas souhaité entreprendre un travail, ils ont dit leurs peurs de creuser, de découvrir des choses trop difficiles, ils ne se sentaient pas prêts à des prises de conscience…

Yan et Margot, je les accompagne depuis 6 séances ; dans ce couple qui dure depuis 20 ans, un couple très traditionnel quant aux postures respectives genrées,-Margot s’occupe des enfants et de la maison bien qu’elle ait aussi un travail et Yan a un travail avec beaucoup de déplacements, de rencontres diverses, sort avec des amis ect-, le processus fusion différenciation est à l’œuvre.

Ce mouvement de différenciation s’origine chez Margot après une liaison qui a duré un an et qui s est arrêté au moment où l’amant a souhaité que Margot s’engage. Elle a alors dévoilé à son mari la liaison et ils ont décidé d’une démarche de thérapie. La souffrance est des deux côtés. Ils sont en train de revisiter ce qui était fixé en ce qui concerne leurs postures respectives, un couple fusionnel à l’image du couple de la famille d’origine de Margot. Nous ouvrons en séance sur l’argent dans leur couple, comment circule t il, le contrat de fidélité, l’organisation des tâches dans la maison, l’éducation des deux enfants, les espaces de chacun et les espaces communs… Margot conscientise qu’elle a été au service de Yan et Yan a toujours été en position haute, comme il l’était dans sa propre famille en tant qu’enfant unique et sans père. Margot ne sait pas encore si elle veut reconstruire son couple ou si l’issue sera la séparation. En tout cas, les deux se réveillent ! Yan a vu sa manière d’être dans le couple avec Margot ; à aucun moment il ne s’est remis en cause durant 20 ans, c‘est aussi de la responsabilité de sa compagne qui le lui permettait d’une certaine façon ! C ‘est la présence du tiers qui a déclenché le mouvement.

Après une année très difficile de séparation dans deux endroits différents, Joëlle et John, suite à la liaison extra conjugale de John, sont en train de créer avec courage une autre forme de couple plus mature. Leur devise était « à jamais, pour toujours », John étouffait, Joëlle tenait la barre. La nouvelle devise est en train de devenir « on a été capable de se séparer et on fait le choix de rester ensemble » ; ça ne se fait pas facilement, je les accompagne depuis 8 mois.

Marielle et Robert, un travail important a été entrepris après la découverte par Marielle de la liaison de son mari, liaison qui durait depuis 10 ans… Ils sont venus en groupe de couples pour travailler à une autre forme de couple… Dans ce couple, il y avait aussi de l’étouffement et surtout un manque total d’intimité, de paroles, d’attention l’un pour l’autre. La souffrance, les ressentiments, le remords d’un côté et la culpabilité de l’autre sont encore très présents…

Sophie et Daniel ne vivent presque plus de sexualité après 18 ans de vie commune, ils ont construit une famille et une maison. Ils souffrent aujourd’hui, avec le départ des deux enfants, de ne plus avoir de projets ensemble…

Le couple vit des étapes selon les changements que la vie propose… Là, l’équilibre est rompu…

Daniel a accepté que sa compagne vive une autre relation… Il avait l’espoir que ça ravive une intensité dans leur couple, ce que ça a fait durant quelques temps ; mais Sophie a souhaité vivre cette nouvelle relation de manière plus fermée. Daniel est en colère. Ils en sont là dans mon cabinet… L’accompagnement se poursuit, la liaison parle de leurs problèmes de hiérarchie et peut-être de la question de se re choisir… ou pas … Qui aura cette fois-ci raison… ? Qui va gagner ? Se retrouveront ils ? Se re-choisiront ils ?

Ces couples m’intéressent et m’interpellent, je l’ai déjà évoqué dans un article d’une revue Gestalt, « le tiers sexuel comme symptôme ».

Je les remercie pour leur courage d’être venus travailler sur leur couple…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *